J'etais seule devant la télé à regarder une émission de Patrick Sabatier quand il reçut deux personnes atteintes de la SEP, leur symptôme était que certains tissus leur brûlaient les jambes et la stupéfaction, j'avais le même symptôme, mais à 16 ans je ne voulais pas y croire.

Pendant plusieurs année la maladie est restée endormie en moi jusqu'en 1994. C'est mes yeux qui ont commencé à voir double: je me suis rendue chez un médecin généraliste qui m'a annoncé que je faisais une très grave dépression. Suite à ses recommendations, je me suis rendue chez un psychiatre (le plus drôle, c'est qu'il me racontait ses malheurs et c'est moi qui payait la consultation). Retrouvant une vue normale, j'ai tout arrêté. Une année plus tard, ce sont mes jambes qui ont commencé à déconner, de ce fait, je suis retournée voir le même médecin et lui parlait de ce problème; vu sa tête j'ai compris que ce n'était pas une dépression. Je me suis rendue à l'hôpital de Vesoul faire une batterie de tests et sans surprise le diadnostic est tombé: j'avais une sclérose en plaques et là ce fut le début de la dégringolade. J'ai pris tous les traitements possibles et imaginables (comme me faire piquer par des abeilles vivantes sur tout le corps). Malgré tout cela, mon état déclinait année après année, et aujourd'hui, à 49 ans, je vis dans un centre pour malades atteints de cette merde de maladie car rester chez moi était devenu impossible. Malgré tout, je garde un petit espoir que la recherche trouve enfin la guérison de ce fléau qui détruit toute une vie.